Le grand… déménagement

Et voilà, le décompte a fini par finir et le jour du grand déménagement est finalement arrivé. Comme tout déménagement, les jours précédents, c’était le bordel. Ça va bien les boîtes au début, mais à la fin, tu manques de temps et le tri se fait un peu moins. Tout ce qu’il te reste ne se catégorise pas vraiment alors tu fous tout ça dans la même boîte.— Gros fun pour retrouver ces choses là par après! —

On a quand même eu une belle dernière semaine à Montréal. En plus d’un shower rempli d’amour et d’amis, nous avons eu de la belle visite pour profiter des dernières soirées sur notre terrasse. Il faisait beau, j’étais heureuse de voir mes amis et de profiter de ce moment précieux avec eux. Nous avons eu notre dernier repas en sol verdunois chez des amis qui nous ont fait l’honneur de commander de la Pizza Woodland. Ce n’est pas sans motton dans la gorge et les yeux vitreux que je suis repartie de là. Ce soir là, j’ai un peu plus réaliser ce qui se passait. Ce n’est pas de longue vacances que nous prenons, nous quittons définitivement Montréal et tous nos amis. Outch! Ce soir là, j’ai pleuré pour vrai!

Donc, le 29 mai arrive. Les déménageurs sont supposés être là entre 15h et 17h. Ça nous donne le temps de finaliser nos trucs. Temps que nous avons vraiment besoin parce qu’on a pas fini pantoute. L’heure arrive mais pas les déménageurs. Finalement, c’est à 18h45 que le camion arrive. Le camion de 20pi cube, même si nous avions insisté pour un 26pi cube pensant que ça n’allait pas rentrer. «Ben non, ben non! Pas mal certain que ça va rentrer» nous a-t-il dit! Prfffff!!! C’est vers 22h, le truck plein, ouvrant un garde-robe rempli à ras bord qu’ils réalisent qu’il avait tord! Humm, c’est parce qu’on ne déménage pas à 4 coins de rue nous autres là. Tu peux difficilement faire deux voyages!

Totalement exténués de notre journée, on laisse une partie du stock dans le salon de l’appartement. Les déménageurs vont venir le chercher demain et nous l’enverrons sur une palette dans quelques jours. — Je dois préciser que ce qu’il restait à apporter comprend, entres autres, tout le contenu de notre bar, dont la collection de whisky à PM. On croise les doigts que ça tough le transport. — De notre côté, on load notre Mazda Tribute, que l’on a aussi estimé plus grand que prévu. Avec les chats, les ordinateurs et les plantes, on doit laisser aussi du stock derrière nous, dont le contenu de notre frigidaire qu’on a laissé sur le trottoir.

Bref, il est rendu 2h du matin quand on prend finalement la route avec nos 2 chats traumatisés. Nous avions 5h de route à faire jusqu’à Edmundston où nous attendaient les parents à PM ainsi que sa tante Rachel et son oncle Guy. Ça nous a pris environ 7h s’y rendre. Vu ma grosse bedaine, il fallait arrêter au moins au 100 km pour que je puisse marcher et des fois on s’arrêtait avant pour que PM puisse dormir un peu. Bref, une belle nuit de marde! Arrivés à Edmundston, la belle-famille a pris le volant et ils se sont assurés que nous pourrions dormir pour les 4h de route restante pour se rendre à Caraquet.

C’est vers 15h30 que nous sommes finalement arrivés à la maison, accueillis comme des rois par notre amie Mylène et sa bande de beaux acadiens! — Avec chorégraphie, drapeaux acadiens pi toute pi toute!!! — Il faisait beau, un vent très chaud, le gros soleil. Bref, c’était parfait! Les déménageurs sont arrivés peu de temps après et le reste s’est fait assez rapidement avec l’aide des nouveaux amis. Les jours suivants ont été du gros travail pour notre visite. Ne pouvant pas faire grand chose, je les ai regardé travailler très fort. Je me sentais impuissante et ça me faisait ch***. Mais, je dois écouter mon «beubé» qui me disait de prendre ça smooth. — Merci! Merci! Merci! —

Aujourd’hui, le calme est revenu dans notre nouveau chez nous, ça fait du bien. Avec la grossesse, je dois admettre que la dernière semaine a été plus qu’éprouvante. La route et les petits dodos tout croche dans l’auto ont eu raison de mon nerf sciatique et le brouhaha du déménagement, de mes nerfs tout court.

Mais au moins, quand je regarde dehors, ça m’apaise et je me dis que j’ai tout de même fait le bon choix… Du moins, je l’espère! Parce que je ne ferai pas la route inverse tout de suite, c’est certain!!!

La vue de mon salon. Bas-Caraquet.

2 réflexions sur “Le grand… déménagement

  1. Il faut laisser du temps au temps, pour que les choix nous apparaisses les bons. Vous ferez en sorte que ce soit le bon de toute maniere, avec votre magnifique petite bouille qui s’envient, vous n’aurez pas de temps pour vous ennuyer, et en masse de temps pour lui faire découvrir la vie près de la mer. Reposez vous!

  2. Ahh les déménagements ! en plus que celui-là était pas trop ordinaire ! J’ai bien hâte de passer ma première commande de saucisses acadiennes.

    Profitez bien de votre chez vous et félicitations !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s