Ah c’est vrai, je suis enceinte…

J’ai pas ben ben écrit sur ma grossesse. J’en suis maintenant à 30 semaines et pourtant…

Photo par : Dominick Gravel

Et pourtant, il y en aurait eu des choses à dire. Cet événement tant attendu, tout spécial à vivre une première fois. Chaque jour est différent. En plus, on nous le dit tellement partout de tenir un journal de notre grossesse. Que cela restera un beau souvenir pour nous, mais aussi pour notre enfant.

Et pourtant. Je n’ai pas pris le temps de le faire. Par contre, chaque jour j’avais un petit quelque chose à «écrire» dans ma tête (ça arrive toujours quand je suis dans la douche). Chaque fois, je me suis dis que je m’en rappellerai et que je le noterai plus tard. Erreur. Surtout que, quand tu es enceinte, ta première grande qualité, ce n’est pas la mémoire. Bien au contraire.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps non plus. Lorsque j’ai appris que j’étais (finalement) enceinte, nous étions en plein «combat» contre le projet de loi 20. Entourée d’amis et/ou connaissances dont plusieurs n’avaient pas encore eu la chance d’avoir un petit + sur leur bâton rose, et qui en plus, se battaient pour garder le droit d’espérer l’avoir un jour. Ce n’était guère le moment de festoyer et de m’exprimer sur ma si grande joie de porter la vie, enfin. C’est certain qu’elles l’ont su, mais par respect, je préférais garder tout ça pour moi. De toute façon, toutes mes forces restantes des premières semaines passaient dans nos actions contre le gouvernement.

Ensuite, notre dernière marche a eu lieu et j’ai pu enfin me reposer. Je me suis dit que j’allais enfin profiter un peu de ma grossesse, me permettre de me réjouir. Erreur. L’échographie de 12 semaines, le test de dépistage de la trisomie… Du ben beau planning pour m’empêcher de dormir la nuit ça! Un coup passé, c’est au tour de l’échographie de 20 semaines à me trotter dans la tête, jour et nuit. Parce qu’après tout le mal qu’on s’est donné à le concevoir, c’était difficile de ne pas s’imaginer le pire. Rien n’avait été facile au niveau «bébé» depuis le tout début, pourquoi ça le serait maintenant?

Lorsqu’on a su finalement que tout était beau, que notre petit bébé se portait (presque) à merveille, je n’ai pas pu me réjouir. Oui, j’étais contente et j’ai pu dormir enfin sur mes deux oreilles. Mais j’ai toutefois garder ma joie à l’intérieur, encore une fois. Parce que pendant ce temps, des couples d’amis se faisaient annoncer de moins bonnes nouvelles. Pour eux, l’échographie de 20 semaines a été fatidique ou encore, l’étape du 3 mois n’a pas eu de suite. J’ai remercié la vie de faire partie des chanceuses, pour cette fois. Mais par respect, je garderai ma joie encore un peu pour moi.

Ensuite, j’ai acheté une maison dans une autre province, j’ai perdu ma job et je suis déménagée. Pas besoin de développer là-dessus, je pense que vous vous doutez de tout le travail que ça peut impliquer. La bedaine, on en parlera plus tard…

Durant tout ce temps, je me suis éloignée de tous ces groupes d’infertiles, de ces blogues où on lit tellement d’histoires tristes. J’ai eu besoin de m’éloigner, mais jamais je n’ai cessé d’y penser. Mes amies qui n’ont pas réussi à avoir leur petit +, je les supporte encore et chacun de leur échec m’est difficile à prendre. Moi, avec mon bedon tout rond, je ne peux m’empêcher de me compter chanceuse, mais tout de même d’en vouloir à la vie de ne pas être ben fine avec elles. Mes amies, c’est les meilleures, et elles ont droit elles aussi de vivre la maternité — bon. La vie est bizarrement faite parfois. J’ai eu mon lot de malheurs et d’épreuves, j’ai regardé les autres réussir où moi j’échouais sans cesse. Puis un jour, c’est venu mon tour. J’imagine que ça sera pareil pour les autres. Vous aurez, vous aussi, votre tour. Je croise encore et toujours les doigts!!!

Bref, tout ça pour dire que… Je vous parlerai bien de ma grossesse un moment donné. Peut-être d’ici à ce que j’accouche! Pour le moment, j’ai une chambre de bébé à finir, des boîtes à défaire encore, le branding de ma nouvelle compagnie à faire, ma valise pour mes vacances qui arrivent… Mais bébé, fais-toi s’en pas, je trouverai bien un moment pour noter que t’étais un(e) petit(e) gigoteux(se) qui n’arrêtait pas 2 minutes! Comme sa maman…

Une réflexion sur “Ah c’est vrai, je suis enceinte…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s